Crédit photo Emma Jean

Voici le travail de fin de formation en accompagnement à la naissance de Florence Bulliard.

«Aujourd’hui, nous vivons dans une société de contrôle, de planification. Le rythme de vie y est rapide. La tendance actuelle est de réduire l’accouchement à un phénomène biologique avec un certain nombre de risques à prévenir et des protocoles à respecter. Le processus de la naissance est très surveillé et les femmes ont perdu leur puissance à donner la vie. Le côté humain et sacré de la naissance s’est peu à peu perdu. Je suis persuadée que la manière dont les couples attendent la venue de leur bébé ainsi que le déroulement de l’accouchement aura une influence sur leur rôle de parents et les relations créés entre eux et leur enfant.

À travers ce travail, je souhaite me pencher sur l’importance des rituels qui permettent de marquer les nouvelles étapes de la vie et plus particulièrement l’accueil d’un nouvel être. Avec la médicalisation de l’accouchement, le côté sacré et magique de la naissance a été oublié. Les couples se retrouvent aussi passablement seuls face à cette expérience car il n’y a plus cette communauté de femmes ou d’hommes qui entourent les futurs parents. L’envie d’étudier les rituels autour du placenta m’est venue assez rapidement, cet organe étant si important dans la grossesse et souvent oublié, au point de finir son existence parmi les déchets de l’hôpital.»  Lire le texte intégral: Rites et croyances autour du placenta.

Pour rejoindre Florence: florence.bulliard1@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *